mercredi 18 janvier 2017

Une gifle, ça se mérite. Non ?

Résultat de recherche d'images pour "Manuel valls colère"

Ainsi donc l'ex-premier ministre a reçu une petite baffe et aussitôt le monde de s'arrêter pour commenter l’événement. Et bien moi aussi, je vais commenter, y a pas de raison ! Valls est à Lamballe, en campagne pour être Président, va au contact de la foule, comme il aime si bien le dire, passe devant un jeune homme et se prend d'icelui une petite baffe de rien du tout. Ce n'est pas bien ! Oui, oui, donner une baffe à quelqu'un ce n'est pas bien, surtout dans un pays qui a interdit la fessée. La violence n'est pas admissible. On aurait pu en rester là.

Sauf que n'est pas Valls qui veut ! Alors notre matador catalan, il a décidé d'instrumentaliser le truc comme il sait si bien le faire. Rendez-vous compte, la joue de Valls était encore toute rosée qu'on savait déjà que le prénommé Nolan serait un autonomiste-régionaliste breton, probablement d'extrême droite et qu'il pratique la quenelle comme personne. C'est dire la nauséabonderie du jeune homme: tout pour déplaire. Valls qui est la douceur même se devait néanmoins de réagir et il le fit aussitôt en décidant de porter plainte. On ne s'attaque pas impunément à un symbole. " Je suis un symbole " qu'il a dit sur France Inter et de se poser en défenseur de la démocratie: " Vous trouverez toujours des individus qui veulent empêcher la démocratie. Moi, je n’ai jamais eu peur du contact avec mes compatriotes, je suis courageux. Rien, rien ne m’arrêtera ". Carrément, il a dit ça. S'attaquer à lui, c'est en quelque sorte s'attaquer à la démocratie, " La violence est inacceptable en démocratie "; au nom de la démocratie et du respect que l'on doit au symbole qu'il serait, Valls contre-attaque et porte plainte. Vaillant combattant ! Mon con, oui ! 

Parce que question violence, d'un tout autre type de violence, celle qui se cache derrière la légalité et la fonction, Valls n'est quand même pas un tendre. N'est-ce pas lui qui fit embastiller pendant quelques heures ou plusieurs jours de simples militants de la manif pour tous ? N'est-ce pas lui qui fit gazer des familles qui ne demandaient qu'à manifester paisiblement contre le mariage zinzin ? N'est-ce pas lui qui fit interpeller des gens dont le seul tort était de porter des sweat-shirts frappés du logo LMPT ? N'est-ce pas lui qui, aussi ivre de colère que violent dans le propos pointa du doigt les bancs de la droite à l'Assemblée en hurlant " Le retour du terrorisme, c'est vous " ? 

Inacceptable la violence ? Dans notre démocratie ? Soit mais pourquoi doit-on alors la subir au quotidien cette violence sans que lui, alors Premier Ministre, n'intervienne ? Quoi de plus violent que le chômage, la précarité, les bonnets rouges qui mettent à feu et à sang une région, les gens du voyages qui privatisent, et de quelle manière, une autoroute ou une gare SNCF, les trente et quelques morts par arme à feu à Marseille en 2016, les attentats et son cortège de morts et de blessés, la jungle de Calais, etc... La violence d'un ex premier ministre qui nous demande de nous habituer au terrorisme... Valls ne serait-il pas en fait, d'une certaine manière, le symbole de la violence inouïe de ce quinquennat qui s'achève ? C'est une bonne baffe à la violence sous toutes ses formes que nous attendions, c'est Valls qui l'a reçu, n'est ce pas un juste retour des choses ?

" Il y a toujours des individus qui veulent empêcher la démocratie de s'exprimer. Il y a ceux qui contestent la démocratie et ceux qui l'incarnent [comprendre, lui, Valls, pour incarner la démocratie], comme les hommes politiques. La démocratie ne peut pas être la violence." qu'il a déclaré Manu... il a raison, la démocratie ne peut être la violence, il en sait quelque chose, on l'a vu faire pendant plus de quatre ans.

Alors, oui, cette baffe, c'est pas bien mais ne l'a-t-il pas mérité ? Combien sommes-nous à ne pas avoir osé lui en mettre une quand il se démenait si bien pour en mériter plusieurs? 60 millions comme a osé le dire à Valls un auditeur de France Inter ce matin ?


Il nous parle de symbole et il a bien raison; cette baffe, c'est le symbole de ce que l'on ne respecte plus la classe politique. Cette baffe est le symbole d'une classe politique qui a laissé l'autorité et le respect filer à l'anglaise et qui par ses comportements fait que le pékin moyen ne respecte plus ceux qui sont supposés incarner l'autorité et la justice. A force de reniements, de compromissions, de mensonges, de comportements douteux et de promesses non tenues, les politiciens n'imposent plus le respect, ils nous donnent envie de les baffer. Il y a eu les enfarinages, les sifflets et les huées, le temps des baffes serait-il venu ?


Alors pour autant que fut inadmissible son geste, le jeune Nolan n'a fait que passer à l'action. Et c'est sans doute ce qu'il y a de plus remarquable dans cette histoire de gifle, Nolan était peut-être seul mais un peuple qui passe à l'action... il y a de quoi faire frémir nos dirigeants. Valls l'a sans doute bien compris.

NB: Entre nous soit dit, si il y en a quelques uns qui méritent de bonnes paires de baffes, ce sont les bodyguards de Valls parce qu'être à une dizaine et le laisser se faire gifler par un gamin...

Addendum: La justice peut être redoutablement rapide et efficace quand elle le veut. Nolan a été condamné cet après-midi à 3 mois de prison avec sursis, 105 heures de TIG et à verser 1 euro à Valls.

Folie passagère 3425.
Résultat de recherche d'images pour "dehors les socialos"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr


mardi 17 janvier 2017

Ainsi va la vie en Socialie... (60) P'tain, ça caille !

Michel Drucker et François Hollande en 2012 (illustration)

Avons-nous toujours un gouvernement ? On est en droit de se poser la question parce que depuis que Président a annoncé qu'il renonçait pour cause de bilan globalement positif, on ne les voit plus beaucoup. 11 racailles qui avaient attaqué au cocktail Molotov une voiture de police ont été arrêtés et ni Bruno Le Roux, ni le Sinistre Cazeneuve ne sont montés au créneau. Le Foll ne fait plus recette, on n'a même plus droit à ses fabuleuses conférences de presse d'après conseil des ministres. Le Guen, disparu des écrans radars. Marisol Touraine nous a bien fait un coup de calgon avec la grippe mais elle est repartie aussitôt se mettre au chaud. Ségolène convoque les présentateurs météo pour leur dire ce qu'ils doivent dire à propos de la vague de froid et puis c'est tout. Ayrault s'est pris un bide avec sa conférence pro-palestinienne, il s'est rendormi aussi sec. Jean-Vincent Placé n'a toujours pas intégré la Réserve citoyenne. Harlem Désir fait du Harlem Désir, c'est à dire pas grand chose et Barbara Pompili... qui c'est celle-là ? Le Drian est toujours là et soutient sans le dire ouvertement Macron. Urvoas n' a pas fait parler de lui depuis au moins quinze jours. Jean-Michel Baylet serait, parait-il, toujours ministre et Myriam El Connerie n'en a pas sortie une depuis bien longtemps. Il n'y a que Belkacem pour bosser une énième réforme grammaticale: le prédicat. Quant à Président, il va au théâtre pour assister à la dernière de Drucker, une dernière qui suit finalement d'assez près la première...

Le deuxième débat télévisé pour la primaire de la Superbe Alliance Populaire a réuni 1,7 millions de téléspectateurs soit 1,2 million de moins que lors du deuxième débat de la primaire de la droite.

Mobilisation générale: Il va faire très froid pendant quelques jours. C'est pas comme si nous étions en hiver, n'est-ce pas ?

Morts de la Rue: en 2016, 454 SDF sont morts dans la rue, leur moyenne d'âge était de 49 ans. Après deux années de légère baisse, on égale le nombre de morts de 2013. Pour 2017, au 8 janvier, 9 décès avaient été constatés dont 3 à Paris; le plus jeune est " un adolescent ", le plus âgé avait 65 ans. Aucun décès de migrant dû au froid n'a été constaté.

Sapin est content, le déficit budgétaire de l'Etat a diminué de 1 milliard d'euros en 2016 par rapport à 2015. C'est bien mais il a oublié tous les cadeaux électoraux promis au deuxième semestre 2016 et qui impacteront d'au moins 3 milliards le budget 2017. Bon courage aux suivants !

Le déficit budgétaire de la France s'établit donc à 69 milliards d'euros quand l’excédent budgétaire de l'Allemagne s'envole à 20 milliards d'euros.

Hier soir, il y a avait un énième documentaire sur Marine Le Pen. A un moment, questionnée par un journaliste, elle déclare: " Oui, l'Islam est compatible avec la République. " Etrange, personne n'a relevé... Serait-elle rentrée dans le moule ? Le FN se serait-il enfin intégré au système ? Il semblerait que oui.

Par contre, qu' un boutonneux de 19 ans tente de souffleter Manuel Valls, voilà qui passe en boucle sur tous les écrans.

Si j'ai bien compris, la fécondité serait en baisse en France ces deux dernières années et moitié moins de naissances que de décès en 2016. Okay, mais personne pour nous dire si cette baisse de la natalité pourrait avoir un lien quelconque avec les mesures anti-famille adoptées par le gouvernement: baisse du quotient familiale, taxation des allocs selon les revenus, etc...


Malgré la volonté affichée à coups de menton par l'ancien et le nouveau Premier Sinistre, le nombre d'expulsions forcées de clandestins a baissé de 16% en 2016. Ont été recensés 24. 707 éloignements en 2016, contre 29.596 en 2015. Parmi ceux-ci, les retours forcés - c'est-à-dire le renvoi d'un étranger en situation illégale entre deux agents de la police aux frontières - sont passés de 15.485 à 12.961.  Par contre, le gouvernement socialiste tient sa promesse: " pour nous l'accueil, c'est oui! ", 227 550 titres de séjour ont été délivrés en 2016 soit 4,16% de plus qu'en 2015. Avec 32 285 titres délivrés, les migrants ont été les mieux servis, 41% de plus qu'en 2015.

Le Vivre-Ensemble, ça marche: Si l'on en croit l’étude Ipsos sur l’évolution de la relation à l’autre au sein de la société (sic), la succession d’attentats qui ont été commis en France depuis deux ans n’a pas accentué de manière significative les préjugés et les opinions négatives sur les différentes minorités ou les immigrés dans le pays. Selon le patron d'Ipsos: " Sur beaucoup d’indicateurs, il y a une stabilisation. La méfiance et le repli sur soi existent, mais on ne constate pas une hausse des opinions racistes ou anti-immigrés. La perception des musulmans ne se dégrade pas ". Dont acte ! Plus, c'est gros, plus, ça passe.

Faute de moyens, les travaux de la mosquée othmane de Mantes-la-Jolie n'avancent pas. La mosquée sera donc cédée dans les prochains jours par l'association actuellement propriétaire au royaume du Maroc, les travaux pourront reprendre...

Voilà, c'est tout pour le moment, en attendant, couvrez-vous bien, mouchez-vous correctement, jetez le mouchoir à la poubelle, lavez-vous les mains et tout ira bien. C'était un message du ministère de la Santé publique et de l'infantilisation des masses !

Folie passagère 3424.
Résultat de recherche d'images pour "Morts de la rue 2016"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

Invasion migratoire au quotidien

Un accident sans gravité sur une autoroute belge... Pas de blessés, juste un peu de tôle froissée et c'est heureux, cela aurait fait désordre...


Combien de camionnettes, de camions passent-ils tous les jours nos frontières ? D'après le JDD, 50 à 100 migrants arriveraient chaque jour en France après avoir été déboutés du droit d'asile en Allemagne...

Folie passagère 3423.
Des migrants vivant dans le centre pour migrants à Paris, Porte de la Chapelle. Photo ©SIPA
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

lundi 16 janvier 2017

Emmanuel Macron ou le délire anglomaniaque des élites françaises



Tribune de Mathieu Bock-Côté, intellectuel québécois, sociologue et chargé de cours à HEC, contributeur régulier du site FigaroVox: 

" La fascination pour Emmanuel Macron d’une bonne partie du système médiatique français a quelque chose d’indécent. Ceux qui normalement se défient de la tentation bonapartiste ou d’une personnalisation à outrance de la vie politique le présentent soudainement comme un homme providentiel admirable, car il représenterait une gauche désormais capable de vaincre la droite et le Front national lors de la prochaine présidentielle.


Plus encore, Macron incarnerait la gauche moderne, européenne, mondialisée, affranchie des traditions politiques françaises : ceux qui rêvent du postnational l’adulent. D’un coup, n’importe quelle occasion semble bonne pour lui tresser des lauriers. La dernière en date, c’est ce discours en anglais, prononcé en Allemagne, qui selon l’expression employée par certains journalistes, aurait « ringardisé » la majorité de la classe politique française, incapable de faire de même.

La chose avait pourtant quelque chose de loufoque. Qu’un homme politique français s’adresse en anglais aux Britanniques ou aux Américains peut avoir du sens, bien que la chose ne soit pas nécessaire. Mais pour quelle étrange raison devrait-il, lors d’une conférence à l’université Humboldt de Berlin, s’adresser en anglais aux Allemands ? À notre connaissance, l’anglais n’est pas encore la langue nationale en Allemagne.

Derrière ce choix, il y a peut-être une mode, mais surtout une malheureuse démission culturelle : Emmanuel Macron ne concède-t-il pas ainsi que l’anglais est désormais la langue commune des Européens? Cet européiste croit manifestement que c’est en anglais que se construira l’Europe. L’anglais transcenderait les nations et rendrait un jour possible une citoyenneté globale. Faut-il aussi comprendre que la maîtrise de l’anglais est désormais un signe indiscutable de modernité, et qu’il s’agit d’une compétence indispensable pour accéder à l’Élysée, peut-être même la plus importante ?

Le génie de la civilisation européenne vient pourtant justement de la diversité des nations qui s’y expriment. On se rappellera la fameuse déclaration du général de Gaulle : « Dante, Goethe, Chateaubriand appartiennent à toute l’Europe dans la mesure même où ils étaient respectivement et éminemment italien, allemand et français. Ils n’auraient pas beaucoup servi l’Europe s’ils avaient été des apatrides et s’ils avaient pensé et écrit en quelque espéranto ou volapük intégré. »

L’Européen n’est pas immédiatement européen : il l’est par la médiation d’une nation dans laquelle il s’enracine et à laquelle il appartient politiquement. Sans cela, le concept d’Europe est vide de toute réalité, de toute substance, et ne désigne plus qu’une étape dans l’histoire de la mondialisation. Si l’Europe en vient à effacer ses nations, elle se condamnera aussi à l’effacement historique.

Le mal est peut-être d’ailleurs encore plus profond : il y a dans les élites françaises une agaçante fascination pour l’anglais, et même une délirante anglomanie. À la télévision comme au quotidien, on parlera des news, de son smartphone, de la battle de France, de la society, du Coca light, des mails, des guests, comme si ces termes ne trouvaient aucune correspondance en français. (...). Mais la France est moins soumise à l’impérialisme américain qu’elle ne semble hypnotisée par lui. Comment ne pas voir dans l’anglomanie des élites françaises une forme de dévalorisation de soi, comme si le français était la langue d’un monde déclassé ?

On s’inquiète aujourd’hui avec raison pour la diversité du monde, compromise par une culture globale imposant ses codes dans toutes les capitales. N’est-ce pas justement la vocation singulière de la France d’incarner une résistance à cet impérialisme qui ne dit pas son nom ? Non pas en proposant un impérialisme contraire, mais en prenant la tête, à sa manière, d’une internationale de la diversité des peuples, la France ayant seule vraiment les moyens de tenir tête à ce qu’on appelle communément le rouleau compresseur de la mondialisation.

Ne serait-ce pas une manière aussi de reprendre le flambeau du gaullisme ? On aurait pu parler d’une internationale des petites nations, si le terme n’était pas impropre pour décrire la condition de la France. Ce serait une perte atroce pour l’humanité si, d’une petite capitulation à l’autre, de la langue aux mœurs en allant jusqu’à la politique étrangère, la France renonçait peu à peu à ce qui la distingue comme civilisation. 

Qu’Emmanuel Macron parle en allemand aux Allemands, ou qu’il leur parle en français, il serait dans son rôle. Qu’il leur parle en anglais et l’ancien ministre témoigne implicitement de son adhésion à une vision de la mondialisation où la France ne peut qu’être soumise et condamnée au rapetissement. Ce n’est pas en reniant sa culture ou en s’oubliant qu’un peuple se grandit mais en l’universalisant, en la projetant dans le monde, en en faisant une référence pour le genre humain dans son ensemble.

La France demeure, à travers le monde, un pôle de civilisation irremplaçable, et les hommes de partout ont à son endroit des attentes immenses. Hélas, en renonçant à incarner la France à l’étranger, en réservant finalement la langue française aux nationaux, désormais traités comme des provinciaux inadaptés aux exigences de la mondialisation, Emmanuel Macron révèle l’idée assez pauvre qu’il se fait du pays dont il veut être président."


Résultat de recherche d'images pour "mathieu bock coté"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

Banlieues radicalisées, le silence assourdissant des candidats à l'élection présidentielle

( Saint Denis, ville royale )
Le Figaro Magazine  nous a fourni ce week-end une intéressante et édifiante enquête sur " Cette France abandonnée aux islamistes ". Rien de très étonnant pour qui, de gré ou par obligation, passe régulièrement dans ces quartiers...

Enquête assortie de plusieurs témoignages accablants, témoignages forcément anonymes. Ci-dessous, celui d'Olivier, médecin généraliste à Saint Denis (93). 

" Voilà un peu plus d’une décennie que j’y suis installé. Les choses ont progressivement changé, mais dans le mauvais sens du terme. Au début, j’avais le discours du nouvel arrivant: «C’est exotique»,«Toute cette dynamique, c’est incroyable», «Les gens ici sont vraiment gentils et accueillants».

Peu à peu, j’ai acquis une expérience professionnelle singulière, et j’ai découvert la profondeur du mépris et du désamour de la France chez ceux qu’elle a accueillis et – concernant mon univers professionnel, la médecine de proximité – qu’elle accompagne avec bienveillance et générosité.

La France est reconnue pour la qualité, et plus encore la gratuité de ses soins médicaux. Étudiant en médecine, je trouvais cela formidable.

Pourtant, cette générosité n’est pas vue comme une force de la France généreuse qu’on remercie, mais bien plutôt comme un tribut normal d’un pays colonialiste qui «doit payer pour ce qu’il a fait».

Ces gens sont-ils heureux de devenir français? Pas du tout! Mieux encore, ils m’expliquent pour nombre d’entre eux qu’ils ne veulent pas le devenir.
Un jour, un patient que je croyais français naturalisé d’origine algérienne m’avouait: «Moi, Français? Ah non, docteur, ah non, ça jamais! Jamais!»
En revanche, le droit du sol avait fait de ses enfants des Français. Dans quel contexte de respect pour leur pays de naissance allaient-ils grandir?

Je sentais que j’abordais chez lui un sujet sensible et cela m’a mis très mal à l’aise. D'autres patients, plus jeunes, Français par le droit du sol, m'assurent que leur pays, c'est l'Algérie ou la Tunisie et qu'ici, c'est secondaire. Ils ne sortent pratiquement jamais de leur banlieue et glorifient un pays dans lequel ils ne bénéficieraient pas du quart de ce qu'ils reçoivent en France: l'éducation, la santé, l'emploi, l'ouverture culturelle, la liberté de circuler, la liberté d'expression. La médecine est devenue un bien de consommation: on va faire ses courses, on va chez le médecin puis on va au parc. Pas de problème, c'est gratuit. Dans les grandes aires urbaines, le médecin est un consommable comme le boulanger ou le boucher. La difficulté de son métier, son expertise, est ignorée voire niée. Les services d'urgence des hôpitaux en témoignent: surcharge de travail, bobologie, violence de certains patients qui croient que le médecin ou l'infirmier sont à leur service exclusif, sans compter les exigences personnelles pour que les femmes soient examinées par des femmes sous peine de scandales ou de menaces. "

Ces quartiers, de véritables poudrières, une insulte à la République, zones de non droit où policiers  et  pompiers se font caillasser (lire le témoignage du CRS) et insulter à chaque intervention, sont devenus de véritables enclaves étrangères en terre de France où imams et " jeunes " font la loi, des quartiers qui vont, un jour ou l'autre, nous péter à la figure, au propre comme au figuré.

Je serais bien curieux de lire et d'entendre ce que les différents candidats gauchistes à l'élection présidentielle ont à dire sur le sujet... Pour ce qui est des candidats de la  Belle Alliance Populaire, force est de constater qu'après d'ores et déjà deux débats de plus de deux heures trente chacun, le problème n'a toujours pas été abordé...

Folie passagère 3422.
Afficher l'image d'origine
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

samedi 14 janvier 2017

Nous sommes " des droites ", assumons, ripostons !


Maxime Tandonnet a copié-collé le texte du discours que François Fillon a prononcé à Nice le 11 janvier. Qu'il en soit remercié, Maxime pas François, j'étais passé au travers. Un discours portant principalement sur l'immigration mais aussi sur l'économie, les relations avec le Qatar, le chômage...

Je l'ai lu et l'ai trouvé plutôt bon avec des propositions plutôt radicales même si d'autres avant lui les avaient déjà faites. Suivez-mon regard... Rétablissement des peines planchers, un délit = une sanction, conditions d'accessibilité à la nationalité française, refonte du droit d'asile, révision des accords de Schengen, allongement de la durée de rétention administrative, constructions de places de prison, etc... des mesures de bon sens qu'aucune idéologie à la con devrait s'interdire.

Il parle aussi, c'est plutôt rare, de liberté. Liberté de penser, d'entreprendre, de créer, de vivre; d'investir, une liberté qui doit pouvoir être exercée par tous et surtout par tous ceux de la France d'en-bas.


Il parle aussi de patriotisme, un mot qui ne doit avoir aucune connotation péjorative. Il parle au si de la France, de la Nation: " Cette nation millénaire est montée sur les barricades pour la justice, s’est sacrifiée pour son indé- pendance afin que le peuple français soit toujours libre de dire « je suis là et j’exige le respect ». Exigez ce respect ! Exigez-le de toutes vos forces car le réveil national est d’abord entre vos mains ". Des mots qui bien évidemment sont belles et douces à entendre, qu'il est bon d'entendre.


C'est un bon discours, globalement, un discours militant destiné à des militants et aux sympathisants mais aussi à tous ceux qui ont une autre idée de la France que celle qu'en ont les gauchistes, gauchistes hard façon la Méluche ou soft façon la clique à Hollande.

Mais j'ai aussi lu la bonne trentaine de commentaires qui ont été laissés sous le billet de Maxime, je lis et j'entends tout ce qui se dit sur Fillon, j'anticipe même certains commentaires qui seront ici déposés: Comment lui faire confiance ? Pourquoi ferait-il demain ce qu'il n'a pas fait hier ? Des promesses, etc... Je lis aussi, souvent avec effarement, les commentaires des sarkozystes déçus, aigris, peinés, revanchards, insultants avec Fillon suite à l'éviction de leur champion. 

Si vous saviez comme tout cela me gonfle, mais d'une force

Je ne sais pas si on peut lui faire confiance, je ne sais pas s'il fera tout ce qu'il a promis, je ne sais pas s'il s'en tiendra au programme qu'il a défendu lors de la primaire de la droite. Sans doute ne pourra-t-il pas tout faire, 5 ans c'est court, très court et nul, pas même un président de la République, n'est à l'abri d’événements qui peuvent empêcher la bonne réalisation d'un programme politique; les gens honnêtes reconnaîtront, par exemple, que la crise de 2008 a largement contrecarré les plans de Sarkozy et de son équipe.

La seule chose que je sais c'est que dans l'offre politique qui est proposée aux Français pour cette élection présidentielle, je ne vois aujourd'hui que Fillon qui puisse faire gagner notre " camp ", aussi divers soit-il, et sauver ce qui peut l'être encore de ce pays. Admirablement bien servi par les médias, le tir de barrage dont est actuellement victime Fillon est absolument incroyable et les obus tirés ne viennent pas que de la gauche ou de l'extrême droite, ils viennent aussi, pour une part, des sarkozystes que j'évoquais plus haut. Que ceux-ci continuent à se joindre aux attaques gauchistes et c'est droit à la catastrophe que nous irons. 

Macron est en embuscade et réussit fort bien, pour l'instant son parcours de campagne; aller se balader à Hénin-Beaumont, terre frontiste s'il en est, ou dans la Nièvre, il fallait y penser et oser. Les sept nains de la primaire de la Belle Alliance Populaire sauront se rassembler, je n'en doute pas un instant, derrière celui qui l'emportera. Valls n'est pas aussi impopulaire qu'on le croit, Hamon a le vent en poupe et comme Montebourg, il pourra faire le plein de voix à gauche si, comme je le crois, Mélenchon n'arrivait pas à se qualifier pour le second tour de la présidentielle. Macron aussi qui non seulement pourra ratisser à gauche comme à droite. Le Pen ? Elle n'a aucune chance de l'emporter ni les moyens de son ambition (pour le moment) mais toutes celles de parvenir au second tour.

Autant dire que rien n'est gagné pour François Fillon et qu'il faudrait être fada pour oser pronostiquer un quelconque résultat. Il est bien trop tôt pour cela. Mais, paradoxalement, le temps imparti aux candidats pour convaincre et rassembler est on ne peut plus court: Dans à peine plus de trois mois, nous serons au premier tour de la présidentielle et à cinq mois des élections législatives dont l'enjeu - une large majorité à obtenir - est tout aussi important.

Alors la bronca anti-Fillon, stop ! Il a remporté et de quelle manière, la primaire de la droite et du centre. Tous ceux qui ont voté pour lui et toux ceux qui ont accepté la règle de cette primaire n'ont pas à barguigner, ils n'ont qu'une chose à faire, c'est de soutenir sans réserve François Fillon et pas d'état d'âme à avoir. Sauf à souhaiter que l'alternance ne se fasse pas, sauf à souhaiter que MLP ne l'emporte.

Nous sommes de droite. Nous sommes " des droites ", assumons, ripostons et ne cédons à aucune intimidation !

Folie passagère 3421.
Résultat de recherche d'images pour "présidentielle 2017"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr