jeudi 10 août 2017

De Chavez à Maduro en passant par Clémentine Autain et Mélenchon ...

Résultat de recherche d'images pour "chavez maduro"

Je ne suis allé qu'une fois au Venezuela. C'était fin 1991, en décembre. J'avais été très impressionné par ce que j'avais vu partout où je passais. 

Lors de mon arrivée à l'aéroport de Caracas, il y avait beaucoup de soldats et partout un écriteau sur lequel était inscrit: " C'est à la discipline du peuple que l'on doit la force de la Nation ", un truc dans le genre. Je me souviens m'être dit: " ça craint ici ". Mais en fait pas du tout. Sorti de l'aéroport, je ne verrai (presque) plus de militaires; partout où j'irai, quelle que soit l'heure du jour ou de la nuit, je me sentirai en sécurité. 

Par contre, j'ai vu un pays riche, de belles voitures, de beaux restaurants, de beaux hôtels, de belles routes, de belles maisons, de beaux immeubles. Partout. J'ai vu un port dans lequel entraient et sortaient sans discontinuer des pétroliers. En ce temps-là, l'argent coulait à flot. Certes, je n'étais pas dupe et j'imaginais bien que la majeure partie du magot n'était pas égalitairement répartie  entre toutes les couches de la population mais je n'ai pas le souvenir d'avoir vu de mendiants, de pauvres en guenilles, ni de bidonvilles et encore moins de gens crever la dalle sur le trottoir. Même dans les coins un peu plus reculés. Sans doute y en avait-il mais je ne les verrai pas.

Lorsque nous étions attablés dans un restaurant, nous avions tous droit à un serveur attitré qui ne nous lâchait pas d'une semelle, prêt à tout instant à répondre à une demande et à assurer un service de qualité. Les salaires étaient peu élevés, l'équivalent me semble-t-il de 200 francs français de l'époque, mais l'ami qui tenait un de ces restos nous disait qu'au moins ils avaient un boulot, un salaire et que c'était le salaire moyen. Bref, en ce temps-là, il y avait du boulot pour toute personne qui en voulait. Ne disait-on pas que le Venezuela était le pays le plus riche et le plus prometteur d'Amérique du Sud. J'avions même songé, un soir de délire peut-être alcoolisé, m'y installer. On pouvait y faire fortune; l'un de nos hôtes, un Français était devenu riche avec une dizaine de restaurants. Son petit plaisir était de faire deviner à ses invités combien il y avait de points lumineux dans sa maison, sa piscine et son jardin: " à cinquante près " disait-il; les coupures d'électricité étaient rares. De quoi me faire rêver, moi qui habitait alors en Guyane, département pourtant français.

Partout où nous allâmes, Caracas, Margarita, Barcelona, Valencia ou Mérida, l'impression était la même: ce pays vivait bien et globalement la population ne semblait pas malheureuse.

Je ne sais plus où cela se passa, peut-être du côté de Mérida, mais alors que nous roulions, nous traversâmes une ville en pleine effervescence. Ça sentait le caoutchouc brûlé. Et c'est ce que nous vîmes sans bien comprendre ce qui se passait: des policiers semblaient en découdre avec des militaires et des pneus avaient été incendiés. Nous l'apprîmes plus tard, c'était les prémisses d'un coup d'Etat. Coup d'Etat qui fut réellement déclenché quelques semaines plus tard en février de l'année suivante. Coup d'Etat organisé, mais avorté, par le pote à Mélenchon, Hugo Chavez.

La suite, on la connait. Chavez fit deux ans de prison mais fut finalement libéré par le président qui succéda à Perez, Rafael Caldera. Chavez fonda son parti " la Cinquième République " et fut élu Président en 1998.

La suite, là encore on la connait. Toute la gauche internationale, mais pas que, dressera des lauriers à Chavez dont on disait qu'il sortait de l'ornière un pays qui pourtant ne l'était pas avant lui. Des programmes immobiliers, des programmes de couverture sociale, un socialisme débridé et un pays... de plus en plus corrompu, plus qu'il ne l'avait été sous Perez ou Caldera. Au fur et à mesure que les délires socialistes de Chavez prenaient de l'ampleur, le balai des pétroliers dans le port se réduisit comme peau de chagrin. Le pays le plus riche d'Amérique du Sud, rebaptisé par Chavez République Bolivarienne du Venezuela, s'enfonçait lentement mais surement dans une crise économique et politique incroyable. Le patronat alerta, la population commença à s'exciter et Chavez ne trouvera rien de mieux que de désigner comme coupable les pétroliers. Des manifestations éclateront un peu partout et seront matées dans la plus grande violence par les forces armées restées loyales à Chavez pourtant incarcéré quelques heures. Il gagnera néanmoins la partie et sera élu une nouvelle fois... avec plus de 300 morts au compteur de ces manifestations.

Un deuxième mandat qui permettra à sa fille de devenir la personne la plus riche d'un pays qui peu à peu sombrait dans le socialisme " bolivarien " cher au cœur de notre France Insoumise.

La suite, une  nouvelle fois, on la connaît. Chavez crèvera et sera honoré par toute l'Internationale Socialiste, dont l'Iran, dont le gouvernement Français. Hollande enverra un ministre saluer la mémoire de Chavez et Mélenchon s'avouera inconsolable. Chavez sera remplacé par tout aussi pire: Nicolas Maduro. Ce dernier sera élu en avril 2014 et on assistera dès lors à la déliquescence et l’effondrement du pays dans une crise économique infernale. Les pétroliers ne sortiront plus du port.

D'une proximité à peine croyable avec le programme de Mélenchon, Maduro proposera dernièrement de jeter à la poubelle et la constitution et l'Assemblée Nationale d'opposition élue en 2015 pour faire élire, avec une participation d'à peine 41%, une nouvelle assemblée constituante, composée uniquement de membres acquis au gouvernement, chargée d'écrire une nouvelle constitution sensée poser les bases d'une nouvelle République. Une sixième ?

A ce jour, en moins de deux mois de contestation populaire, la police de Maduro a tué près de deux cent manifestants. Par balles ou à coups de matraque et de grenades.  L'ONU se contentant de " condamner l'usage excessif de la force publique ".

L'inflation avoisine les 300 % selon les autorités locales et 700% selon le FMI. La mortalité infantile, une des plus faible du continent en 2010, augmente de 30% entre 2015 et 2016.

Aujourd'hui et après 25 ans de révolution bolivarienne, il ne reste plus rien du Venezuela que j'ai connu. 

Alors quand je lis et entends cette pouffiasse boboïde de Clémentine Autain déclarer: " Le scénario qu'on nous propose c'est un méchant dictateur contre de gentils opposants, ce n'est pas tout à fait ça. Je ne défends pas Maduro, je vois sa fuite en avant. Mais le leadership de l'opposition est de droite extrême, et fait aussi usage de la force, auteur de crimes ", quand je constate le silence aussi assourdissant que complice de Mélenchon sur ce qui se passe actuellement là-bas, quand je vois comment se comporte cette pseudo France Insoumise, je n'ai qu'une chose à leur dire: Allez vous faire foutre !

Folie passagère 3407
Résultat de recherche d'images pour "députés France insoumise"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

45 commentaires:

  1. il faut avant tout bien comprendre que, les journalopes Français, après avoir fait élire leur champion, se sont aussi choisi ceux qu'ils estiment les moins dangeureux, pour incarner l'opposition, mélenchon et sa clique, d'ou la présence quasi ininterrompue dans les médias d'un de leurs représentant et la promo a grands coups de clairons du moindre " happening" des sus-nommés a l'assemblée...

    les " insoumis " rien que l'outrecuidance de cette appellation me fait rire, le comble de la novlangue puisque les apparatchiks de cette "insoumission en marche ..." sont pour la plupart de purs produits du système, mélenchon qui barbote en politicaillerie depuis près de 40 piges en ayant occupé tout les postes, autain, pure fille a papa- maman du milieu cultureux , dont le féminisme a géométrie variable ne semble s'activer réellement que lorsqu'il s'agit de cracher son mépris de l'ignoble sexisme du non moins nauséabond male blanc, mais qui curieusement buggue instantanément pour se mettre en " error 404 fichier non trouvé " lorsqu'il s'agit de, soyons fous, peut etre se poser quelques questions sur les curieuses conceptions de l'égalité hommes/femmes et les traditions tellement progressistes de son électorat de Seine Saint Denis, comme elle nous l'a prouvé avec brio lors de l'affaire de Sevran, un mandat de député vaut bien que l'on détourne pudiquement (c'est le cas de le dire ) les yeux... ah oui, garrido, qui va bosser pour bolloré, avec ardisson, l'insoumission a l'oeuvre! bref, n'en jetez plus la cour est pleine...

    vous voyez que question danger pour le gouvernement, ca va pulser, quelques petits couinements et au dodo après la bonne sou-soupe... alors pour le Vénézuela, ketchi et peau de nib, pas de méa culpa ou meme la moindre esquisse de début de prémisse de remise en question et picétou... faut dire que partout ou les gonzes et giscquettes de cet acabit ont pris le pouvoir , les jolis camps de "rééducation populaire" fleurissent comme paquerettes au printemps, ca aide fortement , pour penser dans la ligne...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tonton: bien vu le coup des journalistes qui se sont choisis l" opposition " la moins dangereuses, je n'y avais pas songé.

      Quant à la France Insoumise et ses 17 ou 18 députés, quelle misère, quelle vision rase bitume des enjeux actuels, ça fait pitié de savoir que des gens, à priori sain de corps et d'esprit, auient pu voter pour de pareils énergumènes

      Supprimer
    2. fallait voter pour marine, les aminches
      moi j'ai fait et je regrette pas
      je sais que je suis minoritaire et pour longtemps encore, mais au moins, j'ai évité la honte d'un fillon appelant à voter pour makhroud
      honte qui a rejailli sur son électorat , mélange improbable de pharmaciens de province, de notaires vieillissants , de garagistes pas encore ruinés , d'instits déçus par molleglande ( zont pas fait beaucoup d'effort, ha ha ha !)et de retraités de toutes sortes

      oui ,oui, j'ai voté pour le mal ( enfin, qu'on me démontre ce qu'il y a de mal dans marine, j'attend) et j'en suis fier

      bonne journée

      Supprimer
    3. @Kobus
      Vous avez appris à écrire cette année ? Normalement, c'est illisible.
      Bravo en tout cas.

      Supprimer
    4. Kobus: je ne vois pas trop le rapport avec le billet mais bon... au fait , moi aussi j ai voté marine au 2eme tour.

      Supprimer
    5. Ignoble. Et bien il n'y a plus rien à dire ici.

      Supprimer
    6. Jacques: c'est quoi donc qui est ignoble ?

      Supprimer
    7. L'imposture et c'est mon dernier mot.

      Supprimer
    8. @ koblenz

      vous avez vu?
      je me suis appliqué
      pas une faute ou presque

      @ jacques

      allez vomir,mon brave
      comptez pas sur moi pour vous plaindre
      vous avez choisi votre sort , vous aurez , mais peut être pas dans cet ordre , la submersion migratoire, les impôts les plus hauts d'europe , l'exonération de csg pour les parlementaires mais leur augmentation pour la plèbe, l'imposition des éoliennes chez les ploucs mais l'annulation du projet au touquet , en face de la demeure de jupiter

      et c'est que le début

      Supprimer
    9. @jacques,
      la gastro se soigne très bien, n'hésitez pas...

      Supprimer
  2. Si socialisme version autoritaire a échoué en Allemagne, il ne peut donc marcher nulle part.

    Le Nain

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le Nain: ça ne marche pas mais ça a la vie dure cette saloperie

      Supprimer
  3. Je ne sais rien du Venezuela et je m'en excuse, mon cher Corto, mais pour ce qui est de notre propre "opposition démocratique" - comme l'appelle M. Tandonnet - elle a complètement disparu des écrans radar, laissant toute la place à Jean-Luc Mélenchon et consorts. Je n'en veux pour preuve que cette page entière du Figaro du jeudi 10 août, titrée : "La France insoumise, premier opposant"!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. marianne: il y a peut etre une explication à cela et c'est To,ton, plus haut, qui nous la donne...

      Supprimer
  4. La pudeur de rosière (©Koltchak) des insoumis -fi ! plus que phi, le nombre magique- face à ce terrible récit ressemble furieusement à celles des intellos maoïstes et trotskistes dans les années 70 sur l'Asie du sud-est et sur le bloc de l'est durant tout le 20ème siècle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Al West: n'était-ce point le Monde qui lors de l'arrivée des Khmers rouges à Phnom Pen salua un jour de grande libération... la suite, là aussi on la connaît

      Supprimer
  5. J'ai écouté récemment un "expert" à la radio (je ne précise pas laquelle, c'est toutes les mêmes de toute façon) auquel on posait des questions sur la situation économique vénézuélienne. Et bien, pendant les 10 minutes où je l'ai supporté il a réussi à ne pas prononcer "socialisme" ou "socialiste" alors que les phénomènes économiques à l'oeuvre sont communs à tous les pays appliquant une politique socialiste dans un monde ouvert... Un peu comme Hollande qui arrivait à ne pas mettre islam et tous ses dérivés au sens large après des attentats où les mecs crient allahakbar.
    Surtout, ne jamais nommer la cause des problèmes, ça pourrait fâcher les "pouffiasses boboïdes" (j'adore, ça lui correspond tellement !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Umadrab et pourtant, quel mal y aurait-il a fâcher des gens qui ne représentent finalement pas grand chose ? Ne pas fâcher de trop les muzz, je n'apprécie pas mais je comprends ils sont entre 5 et 10 millions à nous pourrir la vie en France, mais la France Insoumise et cette pouffiasse, non franchement !

      Supprimer
    2. Géo

      Déjà,le terme "insoumis" ne va pas.
      Cela sent l écolier au temps jadis sur son banc de classe,ou bien le fait que ceux qui se nomment insoumis ne le sont pas tant que ça,puisqu'ils se placent en position de subordonnés par rapport au mode de gouvernement qu'ils prétendent contester.
      On est insoumis sous la férule d'une autorité.
      Mais l'on se proclame indépendants,dissidents ou autres qualificatifs semblables lorsque l'on se considère autonomes et constitués de façon suffisamment structurée pour ne pas avoir besoin de l'autorité que l'on conteste.

      Insoumis...c'est avouer quelque part sa dépendance,ou sa participation à ce que l'on affirme rejeter ou contester.

      Parti de Tartuffes.
      Les Tartufinsoumis?

      Supprimer
  6. Ils ont bien besoin d'un bon Pinochet pour remettre de l'ordre!
    Tout ce que tu veux mais pas pouffiasse..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Zen: Un Pinochet au Venezuela ?

      Pkoi pas pouffiasse ? avec boboïde en plus, ça lui va bien je trouve

      Supprimer
    2. Elle a l'apparence d'une jolie fille mais c'est bien une grosse pouffiasse intérieurement !

      Supprimer
    3. Géo

      À mon sens,elle n'aurait pas été une mauvaise personne sans ses opinions politiques et le fanatisme avec lequel elle les imposerait,si elle en avait l occasion,toutes lèvres pincées narines étroites et yeux froids.
      Ses opinions politiques révéleraient dans toute sa force un déséquilibre mental de fond qui ferait d'elle une hystérique à l'image de certaines femmes qui,sous la révolution bolchévique,ayant poste à responsabilités,se livrèrent à des cruautés sur les prisonniers en leur pouvoir,au mépris de tout respect des captifs.Aucune confiance à avoir en l équilibre mental de cette personne qui vacillerait vite,lors des situations de conflit aigu,dans une violence gratuite mais vécue comme idéologiquement nécessaire.
      La parfaite idiote utile dont on se déferait aisément après usage,(après qu'elle ait déchainé la poufiasse qui vit en elle?)

      Supprimer
  7. C'est marrant, mais un type qui est passé par la case prison avant d'accéder au pouvoir, ça me dit quelque chose !
    Homo Orcus

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Homo Orcus: de la a penser que qui va en prison est un poison par la suite, ...

      Supprimer
  8. J'ai une nièce installée depuis 3 4 ans à Santiago du Chili où elle fait du pain avec son ami et crois moi si tu veux ça n'a rien à voir avec Santiago de León de Caracas

    RépondreSupprimer
  9. Certain que la pouffiasse ne sait pas expliquer pourquoi on ne produit plus de lait pasteurisé depuis des années dans ce pays.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Théo: ni pkoi avec tant de pétrole dans son sous sol, le pays crève de faim

      Supprimer
  10. Le bon pape François, si apprécié des médias, a participé à la propagande de Maduro en le bénissant au Vatican en 2013.
    Il est intéressant d'observer qu'au Venezuela l'épiscopat est contre Maduro alors que l'occupant actuel du trône de Pierre est pro-Maduro.
    Ce pape aime bien les tyrans rouges.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. PLC: je ne peux pas dire que je sois fan de ce pape là, assez desespérant finalement

      Supprimer
    2. Géo

      Comment faire confiance à un pape qui,que ce soit de gré ou de force,avait pris comme conseiller financier cette répugnante bactérie de Peter Suterland,ex de Goldman Sachs,conseiller en migrations à l ONU,partisan d annuler le Brexit.


      Supprimer
  11. Géo

    À Corto

    Ta description du Venezuela "en direct" de l avant-Chavez confirme mon sentiment que plus un pays est engagé dans le "socialisme",moins les gens sont aimables dans l accueil des étrangers ou des visiteurs en général.
    Sûrement du fait que peu à peu ils n ont plus que de la soupe à la grimace à offrir?

    On pourrait deviner l état de socialisme avancé dans un pays sans rien connaître de lui rien qu'à l'expression des gens à notre arrivée?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Géo: entièrement vrai. Les ex pays de l Est que j'ai parcouru ont encore du mal à retrouver le sourire

      Supprimer
    2. Géo

      À propos du trombinoscope que tu as mis au bas de ton billet...
      Ces gens,"parlementaires", se prennent réellement pour des opposants au régime ou font-ils mine de?

      À mon sens il n y a que des individus bien replets dans leurs schémas de pensée conformiste.
      Il y a même la négresse de service pour faire illusion.
      Quels résistants!

      Supprimer
  12. Bonjour Monsieur Corto
    Je ne sais pas si vous connaissez le "point de contact" (comme on dit dans le monde de l'espionnage) entre Macrone et Maduro. Je me permets de vous mettre le lien vers la page wikipedia d'Ismaël Emelien qui fut conseiller du Président Maduro et qui est l'actuel conseiller en communication et affaires stratégiques du toy boy de Brigitte Trogneux, épouse Macron. Ce conseiller (après être passé par les équipes de DSK (!), s'est fait les dents dans diverses boites de publicitaires (la lie du monde capitaliste) qui sont capables de vendre au peuple un président sans consistance comme Macrone.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Isma%C3%ABl_Emelien

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ana Maria: j'ai découvert ça pas plus tard que ce matin sinon cela eut eté dans le billet d une façon ou d une autre

      Supprimer
    2. Bonsoir corto, et merci beaucoup pour ce témoignage et le récapitulatif..j"apprécie réellement. NB quand je dis aux gens que le nazisme était du national socialisme, et donc que c'était à priori " de gauche", pas d'extreme droite.. on me regarde parfois avec des yeux écarquillés( surtout les jeunes )
      anne

      Supprimer
    3. Géo

      À Imbécile

      Coucou!
      Moi,je m appelle Géo.

      Supprimer
  13. Clémentine Autin, j'ai envie de la baffer à grand coup de manche de pioche

    RépondreSupprimer
  14. @grandpas:n'oublie pas que si Clémentine est si connue aujourd'hui,c'est parce qu'elle a raconté avec force détails,comment elle s'était fait B....,sans son consentement,par un mec dont le manche avait sûrement la dureté de la pioche!

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

L’église byzantine Saint-Louis de Paimbœuf, en Loire-Atlantique